Programme santé mieux-être entrepriese

7 étapes pour implanter un programme de santé et mieux-être en entreprise

Environ 10. C’est le nombre moyen de journées au cours desquelles le Canadien moyen s’absente du travail chaque année. Une augmentation de près de 3 jours depuis 10 ans. Coûteux pour toute entreprise. Qu’en est-il dans votre entreprise? Avez-vous pensé établir un programme de santé pour freiner les coûts relatifs à l’absentéisme?  Voici des pistes pour entreprendre un virage santé.

Un retour sur investissement

Il suffit de lire un peu sur le sujet pour constater qu’investir dans la santé des employés peut être payant. Certains avancent que le retour sur investissement (ROI) pourrait atteindre 5 $ pour chaque dollar investi. D’autres sont un peu plus conservateurs et évoquent un ROI de 3 $. Quoi qu’il en soit, tout le monde s’accorde pour dire que les retombées sont positives sur toute la ligne.

Parmi les bénéfices : amélioration du moral des employés et, par conséquent, de la productivité, réduction du nombre de journées de congé de maladie, économies sur les coûts d’assurance invalidité et d’assurance médicaments.

Les grandes étapes pour entreprendre un virage santé

Comme dans tout projet susceptible de modifier la culture d’une entreprise, la mise en place d’un programme de santé en entreprise ne s’improvise pas. Les grandes étapes à franchir :

1. Obtenir le soutien de la direction.

Les dirigeants de tous les échelons doivent emboîter le pas et y croire. Ultimement, ils seront les porteurs de message auprès des employés. Ils doivent être convaincus pour être convaincants.

2. Désigner un comité de coordination ou, à tout le moins, un coordonnateur.

Il veillera à ce que la santé demeure une priorité dans l’organisation, qui s’occupera d’obtenir des budgets, de structurer les actions et de bien les promouvoir auprès des employés.

3. Répertorier les actions déjà en place dans l’organisation.

Programme de reconnaissance des employés, salle de divertissement, supports à vélos, club de marche, prêt de locaux pour la tenue d’activités. mesures de conciliation travail-famille : faites l’inventaire de toutes les actions susceptibles de contribuer à la santé de vos employés. Vous constaterez qu’il s’en fait peut-être déjà beaucoup dans votre organisation. Vous pourrez aussi évaluer si certaines de ces mesures méritent d’être intensifiées, étendues, formalisées, encouragées, etc.

4. Évaluer les besoins.

Quelles problématiques de santé observez-vous dans votre organisation? Troubles musculosquelettiques? Problèmes de santé mentale? Maladies liées au style de vie, comme le diabète et les maladies cardiovasculaires? Si vous bénéficiez d’un régime d’assurance collective, vous pouvez obtenir de précieuses informations sur les catégories de médicaments les plus consommés par vos employés – de façon globale et anonyme – et sur les causes à l’origine de départs en invalidité. Votre assureur est en mesure de vous transmettre des rapports assez éloquents qui vous permettront de tirer certaines conclusions.

Si vous ne pouvez obtenir de telles données, vous pouvez réaliser un sondage pour connaître les préoccupations de vos employés en matière de santé. Profitez-en pour recueillir leurs suggestions! Classez ensuite l’information obtenue par degré de priorité.

5. Établir un plan d’action en fonction des priorités retenues.

Pour que votre démarche porte ses fruits, les mesures que vous inscrirez au plan d’action doivent répondre à des besoins réels. Et non pas seulement viser à bien faire paraître votre organisation.

Si vous constatez que les troubles musculosquelettiques sont courants, vous aurez avantage à investir dans les services d’un ergonome, qui pourra évaluer les postes de travail, par exemple. Si les causes les plus fréquentes de maladie sont liées à la santé psychologique, vous pourriez mettre en place des programmes de reconnaissance des employés, ajouter un programme d’aide aux employés, renforcer vos mesures de conciliation travail-famille, etc. Mieux vaut cibler vos actions correctement que multiplier les initiatives qui « paraissent bien ». En outre, votre plan d’action doit comporter des objectifs réalistes et mesurables.

6. Mettre en œuvre le plan d’action.

Confiez à votre porteur de dossier ou à votre comité la responsabilité de déployer les actions prévues et de les promouvoir auprès des cadres et des employés. Assurez-vous que des indicateurs de performance concernant les retombées des actions accomplies soient inscrits au tableau de bord de gestion de l’entreprise.

7. Évaluer les retombées du programme.

Qu’est-ce qui fonctionne bien? Quelles actions ont entraîné des résultats plutôt mitigés? Il faut pouvoir quantifier le tout, conserver ce qui apporte une réelle valeur et rectifier le tir lorsque les résultats ne sont pas au rendez-vous. Suivez les écarts entre les objectifs établis et les résultats observés et tentez d’en connaître les causes. Vous pouvez également sonder vos employés au sujet du travail accompli. À fréquence régulière, par exemple chaque année ou tous les deux ans, les observations qui se dégageront de vos évaluations vous permettront d’actualiser votre programme et de l’améliorer.

Votre entreprise a-t-elle entamé un virage santé? Quelles actions ont remporté du succès? Quels écueils avez-vous dû affronter? Faites-nous part de votre expérience!

Conciliation travail-famille, Recrutement et RH